Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Nos résultats > Audiovisuel > Protocole de Nagoya et prélévements dans les eaux internationales

Protocole de Nagoya et prélévements dans les eaux internationales

Version imprimable de cet article

Bonjour a tous

Laurie Casalot a été nommée par le département Océans de l’IRD à la commission crée au sein de l’IRD pour les problématiques liées a la mise en place du Protocole de Nagoya. N’hésitez donc pas a revenir vers elle, si vous avez des questions concernant les démarches associées a Nagoya pour vos échantillons biologiques (que vous soyez IRD ou pas bien sur ! ce qui s’applique aux uns s’appliquent aux autres).
Elle nous livre des informations sur un questionnement qui est récurrent au laboratoire et qui concerne les prélévements réalisés en eaux internationales.

Effectivement, pour le moment, ces prélévements étant réalisés dans des zones qui n’appartiennent a aucun pays en particulier ne sont pas soumises aux régles du Protocole de Nagoya. Toutefois, les discussions pour étendre l’APA (l’accés et le partage des avantages) aux eaux internationales vont actuellement bon train... Cette zone de non droit ne le restera donc pas longtemps, et il vaut mieux anticiper.

Qu’est ce que cela veut dire .... Dés a présent pensez a accompagner tout échantillon d’un maximum d’informations : lieu, date de collecte,objet de la campagne, financement, etc...Plus vous aurez d’éléments associes a la description de votre échantillon plus la déclaration sera facilitée le moment venu. L’entrée de ces échantillons sur le territoire francais doit également être accompagnée d’un MTA qui devra etre inclus dans les caractéristiques descriptives de l’échantillon.

De plus, les porteurs de projets de recherche bénéficiant de financements extérieurs à leur institution (je suppose en fait exterieur a nos tutelles) doivent effectuer une déclaration auprès du ministère chargé de la Recherche pour le prélévement de ces échantillons et ce, en théorie, quelle que soit l’origine des échantillons (donc y compris en eaux internationales). L’IRD (au travers de la commission Nagoya) est en train de préparer un mode d’emploi pour la déclaration sur la Plateforme du MESRI.