Institut Méditerranéen d’Océanologie
Accueil du site > Nos résultats > Paru dans les médias > Les algues sargasses, cauchemar des Caraïbes

Les algues sargasses, cauchemar des Caraïbes

Version imprimable de cet article

Comme vous avez pu le constater ces dernières semaines à travers des reportages dans nos grands JT nationaux, les Antilles françaises sont confrontées à une invasion de sargasses, d’algues brunes toxiques, une catastrophe sanitaire, environnementale et économique.

Vous trouverez dans différents articles récents et notamment dans celui du Monde daté du 08 mai 2018 un point sur cette invasion préoccupante.

Frédéric Ménard, directeur du Département Océans à l’IRD et chercheur du MIO , intervient dans cet article .

Citons l’article :

"D’où vient cette calamité nauséabonde et toxique qui se manifeste désormais des côtes ouest de l’Afrique jusqu’au Mexique et au Texas ? Est-ce une forme de poussée de fièvre de l’océan face aux déversements de polluants et au changement climatique ? En termes plus prudents, Frédéric Ménard, qui coordonne les recherches sur les sargasses menées par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’Institut
méditerranéen d’océanologie (MIO), conclut que l’augmentation des températures de l’eau et les apports du fleuve Amazone dans lequel se déversent les résidus des sols érodés par la déforestation de l’Amazonie, concourent probablement à ces proliférations, sans qu’il existe une raison unique.
« Nous en savons peu sur les sargasses , prévient le chercheur. Nous avons identifié deux espèces mais il y en a peut-être une autre. Celles des Caraïbes sont-elles génétiquement les mêmes que les algues qui tournent dans la mer des Sargasses, plus au nord ? Sont-elles apportées par des eaux de ballast ? » L’IRD et le MIO ont conduit deux expéditions en 2017 pour collecter des échantillons frais au beau milieu de l’Atlantique.
Les scientifiques ont noté qu’en mer, les vastes radeaux servent de nurseries à quantité de poissons et de crustacés. Leurs observations doivent aussi permettre d’améliorer les modèles de prévision des échouages. Après l’actuelle phase d’analyses, Frédéric Ménard annonce des tout premiers résultats fin 2018."